SafeHear, le bouchon d’oreille intelligent

Actuellement en première année à Grenoble INP – Phelma, Antoine Kuhnast a déjà un CV impressionnant. Depuis 18 mois, il travaille sur un projet de protection auditive intelligente, en parallèle de ses études. A la rédaction, on est toujours là pour soutenir ces talents pas comme les autres et surtout vous les faire (re)découvrir !

 

Un bouchon d’oreille innovant

S’inspirant d’un concept existant de casque à réduction active de bruit, il imagine un bouchon d’oreille bourré d’électronique capable de faire le tri dans les sons qui lui parviennent, afin de ne retransmettre que ce qui est utile à l’aide de hautparleurs directement positionnés dans l’oreille.

« J’ai eu cette idée durant mon DUT d’électronique et d’informatique industrielle, avant même d’entrer à Phelma, explique Antoine Kuhnast. J’ai toujours eu envie de monter une start-up en électronique, et l’idée des bouchons d’oreilles s’est imposée à moi en gravitant dans le milieu de l’organisation de concerts. », A.Kuhnast, concepteur du projet.

Soutenu par le Pépite oZer, il a réalisé une étude de faisabilité et une étude de marché qui le convainquent de se concentrer sur le marché des personnes travaillant en environnement industriel.

Un premier prototype fonctionnel

Hébergé depuis septembre par l’incubateur lyonnais 1kubator, Antoine Kuhnast poursuit le développement de son produit avec l’aide de son associée Héléna Jérôme, diplômée de Grenoble IAE.

Grâce à des subventions régionales et divers prix obtenus par son projet (il est lauréat du startup week-end 2018 et du concours campus création 2019), il finance le développement par un bureau d’études extérieur de l’électronique et de la connectivité bluetooth qui doit permettre à plusieurs personnes munies de ces bouchons de discuter dans un environnement bruyant.

Un développement en plein essor

Par la suite, d’autres fonctionnalités telles que des alarmes en cas de danger pourront être ajoutées. Il rejoindra sa collègue l’an prochain à temps plein lors d’une année de césure durant laquelle il travaillera également en collaboration avec des laboratoires pour affiner le développement de ses technologies.

En attendant, la toute jeune start-up compte déjà trois stagiaires (ingénieur, commerciale et design), et a concrétisé des partenariats avec ST Microeletronics (développement de composants électroniques) et Apicil (financement R&D et développement commercial).

Contacts Safehear : contact@safehear.fr /www.safehear.fr

   

Crédit texte et photo : J. Bagdikian / Pexels

 




Article précèdent

Sport à la plage et en mer : les bons réflexes

Article suivant

Beauté estivale au top !

Rédaction Santé des Iles

Rédaction Santé des Iles

Santé des Iles, le web média Santé & Bien-être de la Caraïbe et d'ailleurs...
Suivez-nous sur les réseaux @SanteDesIles #santedesiles
www.santedesiles.com // www.youtube.com/santedesiles